Ne me quitte pas

Ne me quitte pas

Viens refais surface,

Oui toi le papé,

Que j’ai tant aimé.

Souviens-toi d’avant,

Du jardin d’antan,

Des roses éphémères,

Et du chien pépère.

Ne me quitte pas,

Pitié n’oublie pas

Ces soirées d’hiver

Près d’la cheminée,

D’une tisane amère,

Du son d’la télé.

Mais moi c’que j’préfère

C’est tous ces repas,

A faire les commères,

Sur tous ces gens-là,

A parler d’l’actu,

Et du Président,

Du voisin barbu,

D’la mère trop collante.

Ne me quitte pas

Reste encore un peu,

Là je ne peux pas

Te dire mes adieux.

Parle-moi encore

Très cher paysan,

De ta vie aux champs,

De tes amis morts,

Des secrets gardés

Au fil des années,

De ce que tu ressens,

Coincé en dedans,

Je vois dans tes yeux,

Que tu m’reconnais,

Mais les mots sortent peu

Depuis une année.

Ne me quitte pas

Souviens-toi pépé,

De ton potager,

Des parties de carte

De ton poulailler,

Du jeu d’la pétanque,

De ces jeux d’enfants,

Pour combler l’été,

De ces apéros

Avec la famille,

Et de tous ces mots

Qu’aujourd’hui t’oublient.

Ne me quitte pas

Me laisse pas ici,

Avec la Mamie

Qui craint ton trépas,

Ne pars pas si vite

Moi j’ai pas fini,

De construire ma vie

D’te dire mes soucis.

Je l’ai pas choisi,

L’amour de ma vie,

Tu peux pas partir,

Sans m’dire ton avis.

J’ai pas de maison

Sans vraiment d’raison,

Ne pars pas avant

Que j’ai un enfant.

Ne me quitte pas,

Moi je resterai là

A te regarder

Sourire et penser,

Je te parlerai

De tout et de rien

J’te prendrai la main

Et te soutiendrai

Quelques heures chaque jour

Je me tiendrai là

Je chanterai tout bas

Ces chansons d’amour,

Ces chants d’Édith piaf

Et du cher Sardou.

En chœur avec vous,

Ils chantent avec tact

Ces deux bénévoles

Qui vendent de la joie

Par leurs idées folles

Sous ce putain d’toit.

Ne me quitte pas

J’y arriverai pas,

Attends que quelqu’un

Puisse me prendre la main.

Ne me quitte pas

Je ne suis pas prête

A tourner la page

A t’voir au cimetière.

Ne me quitte pas,

Et si tu parles pas,

Continue de rire,

De me regarder,

Et puis de sourire

Quand y a la mémé.

A propos de : Mistinguette

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :