Je suis l’fils de Satan

 

A chaque crépuscule, toujours je me réveille,
Jamais ne capitule, toujours l’même rituel,
Je sort une bouteille, mais pas d’eau, mais de sang,
Car j’descend pas du ciel , je suis l’fils de Satan

Je viens plutôt d’en bas, je sors des enfers,
Vous n’y echapperez pas, je vous ferai tous taire,
Vous ne me verrez pas, j’arriverai par derriere,
Et ne vous cachez pas, j ai beaucoup trop de flaire,

Vous connaissez deja, le Sheitan, le Ouija,
Mais a cote de moi, ce sont mère Theresa,
Vous n’imaginez pas, vous auriez trop de flippe,
Ce dont je suis capable, je faire avec vos trippes,

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Et ne t’avise pas, de croiser mon regard,
Que je ne trouve pas, dans tes yeux de l’espoir,
Car tu ne pourras pas, quémander la pitié,
Comme tous ceux avant toi, tu finiras brulé

J’éventre les requins, arrache la tête des lions,
Des comme moi y’en a qu’un, je suis l roi des démons
Je suis un être malsain, dénué d’opinion,
Je vais y mettre fin, á votre vie de pion,

Alors profitez bien, d’vos femmes et d’vos enfants
Car s’abattra demain, la colère de Satan,
Tout finira en cendres, vos églises, vos écoles,
Pendant que moi je bande, et me noie dans l’alcool

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Regardez bien votre France, votre Europe, votre Terre,
Car arrive ma souffrance, pire qu’une bombe nucléaire,
Vous pourrez m’envoyer, l’armée, vos militaires,
Ils finiront noyés, et mordront la poussière

Je rentre dans vos corps, et attend l’bon moment,
Pour un beau jour éclore, de votre coeur mourrant,
Je suis dans chacun d’vous, même les plus pacifistes,
Je suis juste partout, j’ai pris la place du Christ

J’ai retourné sa croix, je l’ai mis a l’envers,
Il a la tête en bas, et il bouffe les vers,
Sur son torse j’ai gravé, trois chiffres avec mes griffes,
INRI est remplacé, par six-cent soixante-six

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

N’cherche plus Mickael Myers, Gripsou ou même Freddy,
Ni Hannibal Lecters, Norman Bates ou Chucky,
Ils ont tous fusionné, sont entré dans mon âme,
Pour mieux vous faire trembler, sous la chaleur des flammes

Si tu ne me crois pas, ose éteindre la lumière,
Ne te retourne pas, ne regarde pas derrière,
Et quand tombe la nuit, ne regarde pas sous l’lit,
Quand j’bouff’rai ton esprit, tu n’seras pas surpris

C’est grâce á moi Clarisse, tous ces agneaux qui crient,
Et tout ce sang qui pisse, si Ash a pris la scie,
Si en bas ils flottent tous, la douche dans le Motel,
Jack Torrance et sa douce, la poupée Annabelle

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Et si tu veux survivre, je te donne une chance,
Si t’acceptes de me suivre, pour répandre la souffrance,
Lève-toi et rejoins-moi, viens du côté obscur,
Fais un pacte avec moi, prends-en bien la mesure

Ton corps m’appartiendras, ton âme et ton esprit,
Et peut-être qu’avec moi, ta vie s’ra moins pourrie,
J’pense qu’elle sera plus gore, mais bien moins hypocrite,
Plus b’soin d’mentir encore, on prévient tout tout d’suite

Au contraire de ce peuple, qui a les mêmes idées,
Mais s’ invente des valeurs , de solidarité,
Pour aimer le reflet, de soi dans le mirroir,
Moi l’mirroir est parfait, mais n’reflète que le noir.

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus d’paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Dans ton Fillon !

Réfléchis bien avant,
De vouloir me combattre
Regarde bien ignorant,
La violence de mes claques

Sème encore ton venin
Et récolte ma colère
Ouvre encore ton vagin
J’te violerai par derrière

A trop faire le malin
Avec tes opinions
Je n suis pas ne catin
A renifler ton fion

Continue le spectacle
Au théâtre des primaires
Promet-moi la lumière
Le chômage pour hier
Ecologie les verts
Et viens sucer mes verres
Tapine au ministère
Valls avec la misère
Et présente-moi ta mère
Que j lui montre la débâcle

Que je filmerai pendant
Que j lui trancherai la gorge
Avant qu’elle hurle mon nom
Pour que tu te souviennes
Qu’on ne fait pas ça sans
Faire un nœud sur la corde
Me prendre pour un mouton
Mais faire pendre ta chienne

« Ma femme a travaillé, était parlementaire »
« Mes fils m’ont aide, avec leur compétences »
Et moi je vais t enculer, et tu sauras te taire
Mes fils vont te saigner, au nom de la pénitence

« Y a pas d’emploi fictif,
C’est parfaitement légal »
« Ma femme me rend service,
Le parlement régal »
Mais fou la sur l’trottoir,
Qu’elle se fasse baiser
Met lui un entonnoir,
Qu’elle n’en perde pas une goutte
Quand moi et tous mes frères,
On va éjaculer
Au nom de la misère,
Au nom de la banqueroute

Mon con ta société, elle n’est pas la mienne
Tu veux m’assassiner, avec toutes tes sales chiennes
Qui mouillent à l’Elysée, qui se prennent pour des reines
La couronne endeuillée, les lauriers dans nos veines
A surfer sur la peur, l’arabe est terroriste
Vous voulez l’extincteur, Devenez Filloniste
Et les tapins-medias, montrez-nous l’islamiste
Avec sa djellaba, sa ceinture en plastique

Mais mes arabes a moi, sont plus français que toi
Ne salissent pas la France, mais ils l enrichissent
Jamais ils n’aboient, ou juste contre ton état
Celui ou toi tu danse, avec tes artistes
Acteurs de premiers rangs
Le vice dans le sang
Le cancer du cerveau
Ou je planterai le couteau
Pour que tous vous pissiez
Le sang d la propagande
Et que vous gémissiez
Comme des castrats sans glandes

Pourtant t’as une bonne tête
On dirait un banquier
Mais t as rêvé peut-être
De tout seul te braquer
Nos femmes à nous méritent
La médaille des parfaits
En plus elles aiment la bite
Mais elles n’ont rien volé
Alors pourquoi la tienne
Va taper dans l’panier
Elle est juste mal baisée
Et veut jouir comme une chienne

Laisse-moi juste quelques secondes,
Je sais pas ou lui mettre
Dans sa bouche à ta blonde
Lui exploser sa tête
Qu’elle gerbe notre pognon
Qu’elle dégueule toute ses dettes
Que j lui remette dans le fion
Ça sera moins malhonnête

Que d voter pour Fillon