La 6ème république !



L’après-Macron : Mort de la 5ème Monarépublique, création de la 6ème  République citoyenne.

 

Je pense que bien plus que l’augmentation des taxes, le principal problème de la cinquième république réside dans le fait que chaque citoyen vote tous les 5 ans pour un président/gouvernement qui a ensuite les pleins pouvoirs. Le seul droit qu’il reste au citoyen dans notre « démonarcratie » est de voter parmi des candidats, une fois tous les cinq ans. Il faudrait rappeler qu’en démocratie, le peuple est souverain et le président n’en est que le représentant, appliquant les directives du peuple. On en est…très très loin…

Pourquoi ne pas laisser décisionnaire le peuple pour tous les sujets sociaux ? La réglementation de la prostitution, le suicide assistée, le cannabis, le montant du SMIC, le plafonnement des salaires, un éventuel revenu universel, les paliers d’imposition, la répartition des aides sociales, l’accueil des Syriens, la gestion de l’immigration, le salaire des politiques, le nucléaire, le travail le dimanche, l’adoption, la répartition du budget, le paiement de la dette, les retraites, la décentralisation de ministère, de régions, les taxes…etc, etc, etc. La seule fois où un référendum a été exécuté depuis l’an 2000, ce fut pour « demander l’avis au peuple », et non le laisser décider, sur la constitution européenne. Notre avis n’a même pas été suivi…

De plus, pourquoi chaque citoyen devrait obligatoirement s’identifier sur un candidat, un programme, de A à Z ? Un citoyen ne peut-il pas être d’accord avec Alain Juppé pour sa position sur la Syrie, avec Jean-Luc Mélanchon pour l’annulation de la dette, avec Olivier Besancenot pour le droit ouvrier…etc etc…Serait-il vraiment anarchique ? Le système actuel ne le permet pas car une fois l’élection passée, le président applique son programme de A à Z…ou ne l’applique pas du tout…, peu importe il a été élu et possède les pleins pouvoirs. Je pense que le peuple doit pouvoir s’exprimer indépendamment sur ces sujets divers.

Le système actuel, en ne permettant de voter que pour un candidat, un programme, ne sert qu’à accentuer les clivages, les oppositions. Doit-on forcément être pour les patrons et contre les salariés et syndicats ? Ne pouvons-nous pas vouloir défendre le droit des patrons ainsi que celui des salariés ? Ne pouvons-nous pas avoir des intérêts à droite, des convictions à gauche, ou inversement, et le faire valoir ?

Première mesure : limiter les pouvoirs du président. Il restera le chef des armées, des propositions de référendum, décisionnaire de la répartition du budget, et deviendra le garant des ministères choisit par le peuple. Ces quatre axes seront les trois principaux critères d’élection du président.

Deuxième mesure : établir une obligation de référendum (trimestrielle ?)

Troisième mesure : création d’une plateforme citoyenne électorale. Chaque titulaire d’une carte électorale se verra attribué un compte sur une nouvelle plateforme internet de l’état. Cette plateforme lui permettra :

  • De pouvoir voter en ligne
  • De pouvoir s’informer

Quatrième mesure : création d’une chaîne de télévision publique réservée aux débats (peuple / politique)

Cinquième mesure : donner beaucoup plus d’indépendance à chaque ministère

 

Nous sommes en 2020 : le président soumet les sujets de référendum. Tous les 3 mois, le peuple vote via son compte citoyen en ligne. Chaque citoyen ou politique peut aussi, via son compte citoyen, proposer un sujet de référendum. Chacun peut aussi signer par son compte son approbation de soumission au référendum. Au-dessus d’un quota d’approbation citoyenne à définir (20 millions, 30 millions… ?) le référendum est appliqué sous trois mois. Durant ces trois mois, la chaîne publique organisera de multiples débats entre le peuple et les différents partis politiques qui pourront alors se recentrer sur leurs réelles convictions et essaierons de convaincre. 3 mois après : le peuple vote via son compte.

Résultat : LE PEUPLE DÉCIDE. Plus de manifestation car même si certaines mesures auront toujours le désaccord de certains, nous ne descendrons plus dans la rue contre nous-même. Libre à chaque citoyen de voter et de s’intéresser ou non au sujet traité. Libre à chacun de se sentir concerné ou non. Les 2 tiers des référendums seront soumis par le président, le tiers restant par le peuple.

Limiter le nombre de référendum à un seul par trimestre ?

Faire voter le peuple indépendamment pour chaque ministère (intérieur, écologie, affaires étrangères, affaires sociales, culture, finances, éducation, agriculture) 3 mois après les élections présidentielles et la répartition budgétaire. Seuls les ministères de la justice et des armées resteront à charge du premier ministre.
Chaque ministre sera alors élu pour 5 ans afin de mettre son programme en place selon le budget connu.

Résultat : beaucoup plus d’indépendance pour chaque ministère. Des politiques centralisés sur leur domaine. Des citoyens concernés par chaque ministère.  Le peuple votera la répartition du budget en élisant son président, et les ministères choisis par le peuples appliqueront leurs décisions en connaissance du budget, selon un calendrier électoral établit en fonction.

2022 : création sur le compte citoyen d’un onglet « région », afin de décentraliser les régions, et d’impliquer, de la même manière qu’au niveau national, chaque citoyen sur sa politique régionale, sur l’endroit où il vit. Peut-être verrons-nous des régions prenant des chemins différents ? Et alors ? Ne serait-ce pas une richesse supplémentaire. Les Etats-Unis, même si je suis opposé aux ¾ de leurs décisions actuelles, n’ont-elle pas une extrême richesse avec leurs états fédéraux et ces citoyens qui ont le choix de vivre dans tel ou tel état ?

Enfin, durant le quinquennat, le peuple, s’il dépasse 80 pour-cents d’approbation, pourra s’il le souhaite demander le désistement de son représentant, en cas de non-respect de son programme, des directives du peuple ou de malaise profond.

Concernant la sécurité de la plateforme citoyenne internet, en 2018, Facebook, Amazon, Instagram arrivent très bien à sécuriser leurs sites, pourquoi un état n’y arriverait-il pas ?

La 6ème république : l’ère du peuple !

 

 

Ouverture : Le compte citoyen pourrait aussi centraliser : les impôts, les aides sociales, la sécurité sociale…pour désengorger les administrations et donc diminuer leur coût, simplifier les démarches administratives pour tous.

 

PS : en réussissant ce tournant historique, je suis persuadé que la France, pays des droits de l’homme, deviendra un model que beaucoup de peuples suivront dans le monde entier, à commencer par nos voisins européens.

 

programme 6ème république et après-Macron.
#Gilets Jaunes

Gilets Jaunes

Si comme nous en fin de mois, tu te retrouves toujours à poil,
Si comme moi t as plus un sous, pour pouvoir payer ton gazoil,
Si comme nous en fin de mois, malgré la vaseline ça fait mal,
Si comme moi t’es en dessous, de c’que tolère ta morale,

 

Si ton salaire toujours ne sert, juste à combler ton découvert,
Si toi aussi tu fais semblant, de sourir devant tes enfants
Alors qu’tu sais bien que demain, sera un éternel hier,
Alors qu’tu sais qu’en souriant, tu retardes juste le moment,

 

Oú ils auront l’âge de sentir, la vraie odeur de l’adultère,
Oú ils verront comme leurs parents, qu’ils sont cocus depuis longtemps,
Par un putain d’gouvernement, qui pompe toujours plus ton salaire,
Qu’en augmentant le carburant, c’est juste bien ton cul qu’il prend,

 

Alors regarde-les dans les yeux, et pense un peu à l’héritage,
Que tu leur laisseras sous peu, quand tu casseras ta pipe mon vieux,
Que penseront-ils de leurs parents, si tu les laisses en plein naufrage,
Si tu n’les protèges pas d’l’orage, crois-tu vraiment qu’ils s’ront heureux,

 

Alors français soulève-toi, va enfiler ton gilet jaune !
Pour eux, pour nous, pour moi, pour toi, va enfiler ton gilet jaune !
Pour tous ceux qui n’acceptent pas, va enfiler ton gilet jaune !
France cocue d’en haut ou d’en bas, va enfiler ton gilet jaune !

 

J’suis pas du style à devenir, un vieux donneur de leçon,
J’préfère agir, j’préfère écrire, j’préfère ça à la dépression,
Mais c’qui est sur c’est que j’déteste, que l’on me prenne pour un mouton,
Alors moi je préfère rugir, en plus je le fais en chanson,

 

Même si ça n’vous plait pas Manu, pseudo garant de ma patrie,
Vous qui avez été élu, par défaut contre la tyrannie,
Vous qui continuez à sourir, en arborrant vos dents toutes blanches,
Moi les miennes sont toutes rongées, par l’excès d’clopes et le café,
Que vous venez encore d’taxer, pour saisfaire les potes banquiers,
Alors que c’est mon seul remède, pour survivre dans votre France,
Et oui Manu c’est pas la mienne, la dette moi je n’y suis pour rien,
J’étais pas né et toi non plus, mais pourtant j’la paye comme un chien,

 

Et tu pourrais penser un peu, à nos retraitées qui galèrent,
Elles ne sont pas toutes des cougares, et n’vivent pas toutes à l’élysée,
Elles ont juste besoin d’estime, d’assistance et d’quelques deniers,
D’un peu d’amour, de dignité, juste avant qu’on ne les enterre,

 

Entre un peu dans nos hopitaux, va tchater avec l’infirmière,
Qui n’compte plus ses heures d’boulot, ni son salaire de misère,
Va t’assoir avec un clodo, et tu verras qu’s’il boit une bière,
C’n’est pas pour fêter l’renouveau, mais pour oublier la misère,

 

Aujourd’hui Manu ta France, regarde-là elle est bien en marche,
Toute la semaine même le dimanche, la république est bien en marche,
Mais pas vers un avenir meilleur, mais pour gueuler sur l’patriarche,
Quand c’est un affabulateur, c’est normal que la France se fache,

 

Même si elle est a bien conscience, que c’n’est pas qu’ la faute du patron,
Ça change pas grand chose au fond, qu’il soit nain, chaud lapin ou con,
C’est juste un problème de fond, nous ne sommes toujours que des pions,
Qui pour un souverrain votons, aux pleins pouvoirs de la nation,

 

Comme le disait un vieil ami, devenu un peu alcoolo,
Qui a du mal avec la survie, qui a préférré les bistrots,
Après avoir tant bataillé, pour faire valloir ses idéaux,
Avec un pack d’humanité, de droits d’l’homme et d’un peu d’argot:

 

Eh Manu rentre chez toi
Y a des larmes plein ta bière
Le bistrot va fermer
Pi tu gonfles la taulière
J’ savais pas qu’ ton sourir
Ça pouvait m’ faire chialer
Je pensais même que souffrir
Ça pouvais pas m’arriver
J’oubliais que le chômage
Et le sort des clodos
C’etait trop pour ton âge
Et tes principes fiscaux

Eh déconne pas Manu
C’est à nous que tu fais de la peine
Une France de déçue
C’est des gilets jaunes qui surviennent

 

Ta France aujourd’hui est malade, elle vient de choper la jaunisse,
Et chaque jour ça se propage, la maladie d’ceux qui s’unissent,
Cherche pas il n’y aura pas d’parade, ta France à une couleur de pisse,
Tu verras qu’au fond de l’alpage, même les moutons prônent la Justice,

 

Mais eux ils le font en chantant, pas en lançant des lacrimos,
Des rebels pacifistes et tendres, qui chantent juste leurs idéaux,
Assez fort pour que tes tympans, puisse transférer à ton cervaux,
Qui pourra p’t’être enfin comprendre, que tes taxes vont couler l’bateau,

 

Alors français soulève-toi, va enfiler ton gilet jaune !
Pour eux, pour nous, pour moi, pour toi, va enfiler ton gilet jaune !
Pour tous ceux qui n’acceptent pas, va enfiler ton gilet jaune !
France cocue d’en haut ou d’en bas, va enfiler ton gilet jaune !

 

Le Cancer des Mots

Non je n’ai pas changé d’adresse
J’ai juste modifié mes noblesses
Pas la peine de v’nir frapper, j’ouvre pas à ceux qui m’oppressent

Et même si t’es une gonzesse
Si t’as la plus belle paire de fesses
Ça sert à rien de remuer, j’lui ferai aucune politesse

Je n’ai d’yeux que pour ma maîtresse
Je la doigte comme une prophétesse
C’est ma vieille plume de drogué, qui bave son encre et qui vous blesse

J’ai attrapé l’cancer des mots
Mais je n’veux surtout pas d’chimio
J’veux contaminer tout l’monde, j’m’acharne,
Et j’veux garder mes poils sur l’crane

Lis-moi ou pas j’m’en bat l’ânesse
D’façon j’écris pas pour la presse
Ni pour toi, ni pour moi, et j’rêve pas d’une carrière US

Tu fais erreur sur ma finesse
J’ai pas peur de choquer l’altesse
Et même parfois, oh oui mon roi, je pisse un peu sur la vieillesse

J’peux faire dans la délicatesse
Et demain t’écarter les fesses
Docteur sournois ou Mister chat, mes sept vies je te les confesse

J’ai attrapé l’cancer des mots
Mais je n’veux surtout pas d’chimio
J’veux contaminer tout l’monde, j’m’acharne,
Et j’veux garder mes poils sur l’crane

Pourquoi j’m’emmerde sur la vanesse
Parce que j’t’emmerde et que j’te dresse
Je vaticane sur la papesse
J’lève la soutane de la prêtresse
J’ai la banane et je m’empresse
D’sortir ma cane et mes caresses
Pour les nymphomanes, les tigresses
Les mythomanes je les agresse
A ma sarbacane vengeresse
A chaque chicane, j’fais des prouesses
Et des fois j’plane sur la paresse
Mais si j’te vois et qu’tu ricane, tu auras l’trait’ment des traitresses

J’pète ma durite, je sèche la messe
J’sors ma bite devant la duchesse
Je donne du fric pour m’faire souffler dans l’fifre par les négresses

Et toi tu voudrais que je cesse
Et moi j’aimerai que tu acquiesces
Que tu comprennes que j’suis de ceux qui s’autorisent des largesses

J’collectionne l’indélicatesse
Et j’affectionne les clownesses
Même dieu ne pourra m’empêcher mes volontaires maladresses

J’ai attrapé l’cancer des mots
Mais je n’veux surtout pas d’chimio
J’veux contaminer tout l’monde, j’m’acharne,
Et j’veux garder mes poils sur l’crane

Alors vas-y-toi…
Euthanasie-moi…
J’suis pas nazi-moi…
J’prends d’l’extasie-moi…
J’vote Sarkozy moi…

La nuit tout l’monde ferme les yeux et décompresse
Pendant que moi je me met bleu à la Guinness
Et quand me vient l’inspiration j’prends mon crayon et j’invente quelques poétesses

Souvent c’est con mais parfois il y a d’la tendresse
Des textes bidons et d’autres remplis d’allégresse
Mais sois en sur la nuit moi je n’suis pas en laisse

Je matte la Lune et c’est ici que le bât blesse
C’est la pleine Lune et j’ai les poils qui se dressent
Un hurlement j’peux plus écrire, ça tombe bien j’ai plus d’rimes en « esse »

Si tu veux voir le loup garou, faudra passer à la caisse
Il va falloir sortir tes sous pour que tu le caresses
Car je fais plus dans l’romantique, j’veux du bestial et surtout pas d’tendresse

N’en déplaise à ta vaginale sécheresse

J’ai attrapé l’cancer des mots
Mais je n’veux surtout pas d’chimio
J’veux contaminer tout l’monde, j’m’acharne,
Et j’veux garder mes poils sur l’crane

Un invité spécial

Prépare-toi aujourd’hui, tu as de la visite
Quinze Septembre, jour de pluie, y a quelqu’un qui s’invite
Ouvre grand ton portail, elle est en train d’monter
Quelqu’un d’un peu spécial, quelqu’un qui a compté

C’est une femme avec qui, c’était souvent galère
Qui quand t’étais petit, t’as sauvé d’la misère
P’t’être même sauvé la vie, car c’était un enfer
Son nom était Berthuy, et elle était ta mère

Elle t’avais choisi, pour être le troisième
Toi t’avais rien choisi, mais tu l’aimais quand même
Et puis tu as grandi, t’avais pas le même nom
Ça a fait des conflits, ça a monté d’un ton

Vous êtes entrés en guerre, et tu la détestais
Mais pour la fête des mères, tu lui téléphonais
Pour la lui souhaiter, et discuter un peu
Sûr qu’au fond tu kiffais, je te connais mon vieux

Pour nous c’était mamie, mais là ça fait un bail
Qu’on l’appel plus ainsi, qu’on l’a rayé du bail
P’t’être que j’aurai aimé, discuté avec toi
Au lieu de t’ignorer, et d’honorer son choix

Surtout qu’il est plus là, et il aurait rien vu
Et même s’il était là, p’t’être qu’il aurait voulu
Que tu m’racontes un peu, comment était la vie
Avec ses trois frérots, la maison des Berthuy

J’ai bien quelques photos, dans la cour à Chadecol,
Où ils font du vélo, où ils vont à l’école
Tes quatre auvergnats, qui sont dev’nus des grands
Même s’ils sont plus que trois, ce soir ils restent enfants

En voyant leur maman, qui s’envole tout la haut
Jean-Mi, Didier, Christian, vous pouvez être paisible
Car votre frère l’attend, j’pense qu’il s’est fait tout beau
Et puis le connaissant, il a brulé la Bible

J’aimerai juste être un ange, pour pouvoir me marrer
Voir ce moment étrange, quand ils vont s’retrouver
Un subtil mélange, de bonheur et de gêne
Puis un regard qui change, l’au-delà est sans haine

Ils ont beaucoup à s’dire, à faire ils auront tant
Beaucoup de souvenir, en plus ils auront l’temps
Et j’pense qu’avec l’écoute, ils deviendront moins fier
Et une bonne fois pour toute, apprendront à se taire

Mais tous ces rendez-vous, ces p’tits moments prives
Resteront entre vous, resteront vos secrets
Pendant que tout en bas, tout l’monde se réuni
Pour une femme, une amie, pour maman, pour mamie

Moi j’suis juste resté con, quand j’ai appris c’matin,
J’restais sans réaction, au message du parrain
Mais je sais qu’aujourd’hui, je n’ai aucune envie
De penser aux conflits, aux rancœurs de la vie

Juste souhaiter ton repos, le plus en paix possible
Même si papa c’t’idiot, autour fait l’imbécile
Redémarre à zéro, retrouve ton p’tit garçon
Je suis sûr que là-haut, vous vous direz pardon

Je suis l’fils de Satan

 

A chaque crépuscule, toujours je me réveille,
Jamais ne capitule, toujours l’même rituel,
Je sort une bouteille, mais pas d’eau, mais de sang,
Car j’descend pas du ciel , je suis l’fils de Satan

Je viens plutôt d’en bas, je sors des enfers,
Vous n’y echapperez pas, je vous ferai tous taire,
Vous ne me verrez pas, j’arriverai par derriere,
Et ne vous cachez pas, j ai beaucoup trop de flaire,

Vous connaissez deja, le Sheitan, le Ouija,
Mais a cote de moi, ce sont mère Theresa,
Vous n’imaginez pas, vous auriez trop de flippe,
Ce dont je suis capable, je faire avec vos trippes,

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Et ne t’avise pas, de croiser mon regard,
Que je ne trouve pas, dans tes yeux de l’espoir,
Car tu ne pourras pas, quémander la pitié,
Comme tous ceux avant toi, tu finiras brulé

J’éventre les requins, arrache la tête des lions,
Des comme moi y’en a qu’un, je suis l roi des démons
Je suis un être malsain, dénué d’opinion,
Je vais y mettre fin, á votre vie de pion,

Alors profitez bien, d’vos femmes et d’vos enfants
Car s’abattra demain, la colère de Satan,
Tout finira en cendres, vos églises, vos écoles,
Pendant que moi je bande, et me noie dans l’alcool

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Regardez bien votre France, votre Europe, votre Terre,
Car arrive ma souffrance, pire qu’une bombe nucléaire,
Vous pourrez m’envoyer, l’armée, vos militaires,
Ils finiront noyés, et mordront la poussière

Je rentre dans vos corps, et attend l’bon moment,
Pour un beau jour éclore, de votre coeur mourrant,
Je suis dans chacun d’vous, même les plus pacifistes,
Je suis juste partout, j’ai pris la place du Christ

J’ai retourné sa croix, je l’ai mis a l’envers,
Il a la tête en bas, et il bouffe les vers,
Sur son torse j’ai gravé, trois chiffres avec mes griffes,
INRI est remplacé, par six-cent soixante-six

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

N’cherche plus Mickael Myers, Gripsou ou même Freddy,
Ni Hannibal Lecters, Norman Bates ou Chucky,
Ils ont tous fusionné, sont entré dans mon âme,
Pour mieux vous faire trembler, sous la chaleur des flammes

Si tu ne me crois pas, ose éteindre la lumière,
Ne te retourne pas, ne regarde pas derrière,
Et quand tombe la nuit, ne regarde pas sous l’lit,
Quand j’bouff’rai ton esprit, tu n’seras pas surpris

C’est grâce á moi Clarisse, tous ces agneaux qui crient,
Et tout ce sang qui pisse, si Ash a pris la scie,
Si en bas ils flottent tous, la douche dans le Motel,
Jack Torrance et sa douce, la poupée Annabelle

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus de paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Et si tu veux survivre, je te donne une chance,
Si t’acceptes de me suivre, pour répandre la souffrance,
Lève-toi et rejoins-moi, viens du côté obscur,
Fais un pacte avec moi, prends-en bien la mesure

Ton corps m’appartiendras, ton âme et ton esprit,
Et peut-être qu’avec moi, ta vie s’ra moins pourrie,
J’pense qu’elle sera plus gore, mais bien moins hypocrite,
Plus b’soin d’mentir encore, on prévient tout tout d’suite

Au contraire de ce peuple, qui a les mêmes idées,
Mais s’ invente des valeurs , de solidarité,
Pour aimer le reflet, de soi dans le mirroir,
Moi l’mirroir est parfait, mais n’reflète que le noir.

Tous je vous retrouverai, je vous égorgerai,
Puis je vous attacherai, et vous écartelerai,
Dans votre monde desormais, il n’y aura plus d’paix,
Car j’arrive maintenant, je suis l’fils de Satan

Ma Vie

Elle est là depuis plus d’trente ans, et j’espère pour encore longtemps
Elle m’a fait grandir bizarrement, mais elle m’a donné deux enfants
Elle se voile parfois la face, et n’est pas toujours à sa place
Elle assume tout a ma place, et même le plus dégueulasse

Ma vie…

Ma vie qui passe et qui construit, au milieu de tous ces pourris
Elle est en marge, parfois elle choque, avec ses étranges folies
Mais elle emmerde plus qu’elle sourit, a ceux qui jugent sans comprendre
A ces magistrats de la vie, que c’est par le cul qu’il faut prendre

Ma vie…

Ma vie est anti-pollution, mais elle chie sur le béton
Elle peut user plusieurs paves, et demain voter pour Fillon
Quand elle rencontre un p’tit syrien, elle a des idées communistes
Mais quand on lui viole ses voisins, elle peut basculer extrémiste

Ma vie…

Ma vie fait l’amour et la guerre, et elle peut prendre par derrière
Elle est là pour son rôle de frère, mais avec le dos d la cuillère
Elle assure ses arrières, mais peut flamber en Jaguar
Le jour elle nage dans l’espoir, la nuit elle coule dans le désespoir
Un désespoir qu’elle adore, même si des fois elle l appréhende
Ces nuit ou jamais elle ne dort, mais si utiles pour que je bande
C’cote obscure ou tout est noir, et qui est si bon pour écrire
Toutes ces crevures pleines de cauchemars, ou il me fait si bon sourire

Ma vie…

Ma vie est une belle vie de con, mais putain qu’est-ce que c’est bon
De chialer de peine le matin, en croisant des trisomiques
Et de se marrer le soir, quand ils bavent sur leur blouson
Elle a le choix de ses humeurs, de ses délires de brac a bric

Ma vie…

Elle passe du temps dans sa voiture, elle refait le monde, elle planque
Et selon la conjoncture, des fois elle fait sauter la banque
Elle sort en club VIP, avec des stars montantes
Mais aime autant le PMU, avec une tenue d’ saltimbanque

Ma vie…

Ma vie n’est pas bien responsable, mais a choisi de devenir père
Enfin plus pote pour ses p’tits diables, qui rayonnent de lumière
Dans mes yeux d’aventurier, qui découvrent un trésor de guerre
Avec autour deux p’tits pirates, encore plus merveilleux que la mer

Quand ils se jettent dans mes bras, et quand ils m’appellent papa
Quand c’est moi qui suit leurs pas, et quand c’est eux qui décident
Ma vie s’arrête et marque le pas, pour admirer l indescriptible
Ce truc qui serre l’estomac, qui tue quand on ne le vie pas

Ma vie…

Ma vie à moi elle est telle qu’elle !
Ma vie à moi se fait la belle !
Elle vous emmerde elle a choisi !
D’être comme elle en a envie !
Elle peut mourir pour sa famille !
Elle peut aimer à en mourir !
Elle aime faire jouir une fille !
La faire hurler de plaisir !
Lui donner toute sa tendresse !
L’hypnotiser par des caresses !
Mais peut être hard sous la douche !
Et peut tout cracher dans sa bouche !
Elle peut suivre la politique !
Tout en étant anarchique !
Rêver d’aller à l’Elysée !
Et aussi de tous les baiser !
Elle peut défendre un salarié !
Tout en pissant sur l’syndicat !
Elle joue au loto pour rêver !
Pas pour gagner une vie de roi !
Elle donne du fric aux SDF !
Mais peut défoncer un clodo !
Elle rentre à la SNCF !
Mais va faire sauter des métros !
Elle prie des fois pour n’importe quoi !
Tout en gerbant les religions !
Pisse sur Jésus, Moise, Allah !
Mais a la Bible dans son salon !
Elle est pudique avec son corps !
Mais peut sortir sa bite dehors !
A 8 heures vous êtes tous aimes !
A 9 heures tous des encules !
A 10 heures elle ne t’aime plus !
A 11 heure t met un doigt dans l cul !
Elle a peur des merdes aux poumons !
Mais elle fume comme un pigeon !
Elle boit souvent comme un pochetron !
Elle ne retient aucune leçon !
Elle s’embrouille avec celle qu’elle aime !
Mais putain qu’est-ce qu’elle l’aime !
Sa première dame c’est sa maman !
Mais les autres mères elle les insulte !
Quand elle rêve elle est Peter Pan !
Mais les enfants elle les bute !
L’argent ne compte que pour du beurre !
Pourtant elle ne compte pas ses heures !
Travailler plus, et gagner plus !
Et se finit dans ton anus !
Ma vie à moi n’a pas de règles !
Elle veut niquer pendant les règles !
Elle pleure devant Pinocchio !
Mais se branle devant un porno !

Ma vie…..!!!!!

Alors viens t assoir à sa table
Chez elle tout n’est pas charitable
Des fois ça pue ou ça sent bon
Mais on sera toujours à fond

Ma vie est une contradiction
Mais putain qu’est-ce que c’est bon
C est devenu une addiction
Même si elle écrit comme un con…

 

L’aboyeur

Pourquoi encore vous gaver de mes textes inutiles,
Pourquoi être oblige d’passer pour l’imbécile,
De service, de mes vices, de supplice, de folie
Suis-je vraiment un drogue à l’auto-thérapie

Sais-je pourquoi je vie, pourquoi je meurs, pourquoi j’écris
Sais-je pourquoi j’aboie, pourquoi je bande, pourquoi je suis
Ou peut-être qu’au final je n’y comprends plus rien
Que je ne veux que jouir, que tu m’ouvres tes reins

Et si ma barque avait coulé depuis longtemps
Et si j’avais raison, simplement d’avoir mal
Et si mon cœur était malade depuis longtemps
Que j’étais en apnée dans la mer de l’oubli
De ces cons marginaux qui finalement oublient
Qu’on n’est pas fait pour vivre en ce monde, en ces temps
Qu’on cherche une échappée a cette issue fatale
Qui nous laisse vagabond comme de vrais chiens errant

Et si je tatouais sur mon bras un prénom
Une doctrine, un soupir, n’importe quoi, une leçon
Juste pour rappeler à mon regard perdu
Que chaque jour qui commence a quand même ses vertus

Il n’y a qu’à voir ma gueule qui n’a rien d’innocente
Et les paumes de mes mains dont les lignes sont étranges
Pour piger que j’emmerde, que j’gamberge, que j’dérange
A inventer un monde ou toujours tout l’ monde chante

Oui mais voilà pleure pas, si parfois je déraille
Si j’fais l’con, si parfois j’te laisse sur la paille
J’ai juste pas hérité d’une quinte flush au tirage
Mais je bluff et j’retombe toujours sur la bonne page

J’suis trop perché pour comprendre ce qu’il faut faire de bien
Par contre j’suis expert pour m’occuper d’tes seins
Et si tu oses juger le poète, l’Ecclésiaste
Tu te prendras de front mes vers iconoclastes

Il est deux heures du mat, c’est pas bien bon d’écrire
La plume est matinale, la nuit elle doit dormir
La mienne est insomniaque, elle a besoin d’souffrir
Et d’être un peu rebelle, désagréable à lire

Et si tu en as marre de subir toutes ses proses
Tous ses vers vulgaires, ses torchons à l’eau d’rose
Passe donc ton chemin, et va bosser demain
Soit fidèle à toi-même et file vers ton destin

Mais par contre te plains pas s’il te manque un peu
D’amour et d’humanisme, d’orgasme dans ta vie
Si ça ne tourne pas rond, n’oublie pas que tu peux
Toi aussi prendre ce droit de faire l’apologie

De ce que t’as en toi, qui ne veux pas sortir
Qui t’oblige à bouffer toute cette procuration
Qui te ronge le soir quand t’es seul dans le noir
Toute cette frustration qui occupe tes soirs
Et t’empêche de dormir, qui éteint tes passions
Qui décide a ta place et t’donne envie d’vomir

On a qu’une seule vie, elle est bien assez courte
Alors je t’en supplie ferme-la et écoute
Laisse exploser ta joie, ton amour, tes tristesses
Et si tu en as peur, serre juste un peu tes fesses

Tu auras bien le temps de faire les comptes ensuite
N’aie pas peur, parle de guerre, d’amour ou de ta bite
Si t’as confiance en ceux qui sont autour de toi
Tu n’auras aucun risque, ils ne te jugeront pas

La vie est magnifique, et horrible à la fois
Mais son chemin de croix n’est qu’une histoire de choix
Il y a ceux qui n’osent pas, il y a ceux qui hésitent
Et puis ceux qui comme moi, peuvent parler de leur bite

Sans toujours flipper de perdre tous ceux qu’on aime
Sans avoir à stresser d’une image a la noix
Et si un jour peut-être, plus personne ne me lit
C’est peut-être qu’enfin, j’aurai bien réussi
A comprendre qu’une vie, ne s’écrit mais se doit
D’être réelle et de fuir, les gerbes de chrysanthèmes

Mon électrocardiogramme, reste toujours dans le vert
Il monte, il descend, remonte et redescend
Et c’est seulement comme ça, qu’il reste toujours vivant
Et me permet encore de vous conter mes vers

Pépé

Pépé

 

Mais que nous reste-t-il, de notre siècle dernier,
Celui ou mon grand-père, pouvait rentrer bourre,
Sans avoir a stresser, du barrage de gendarme,
Celui où il buvait, au bonheur de ces dames.

Le siècle des bistrots,
Pas celui des réseaux.
Le siècle des terrasses,
Pas celui des kalaches.
Celui ou « Vive la France », avait de l’importance,
Ou l’on pouvait grandir, noyé dans l’innocence.

Mais que nous reste-t-il, de ton siècle pépé,
Comment fais-tu ce jour, pour rester dans le vrai,
Continuer à t assoir, devant cette télé,
Qui te montre chaque jour, cette réalité.

Tant d’horreur tant de cri, tant de pub pour la guerre,
Que des pions qui avancent, sans regarder derrière,
Plus de fleur sauvages, qui respirent du bon air,
Mais celles des pots-pourris, qui aspirent la misère.

Que sommes-nous devenu, malgré toutes tes prières,
Pour que ta descendance, patauge dans le bonheur,
Pour que tes petits-enfants, ne connaissent pas la peur,
Juste des inconscients, juste des mercenaires,

Qui courent dans le vent, se rendre à l’abattoir,
Qui éteignent la lumière, pour se nourrir du noir,
Qui déposent dans l’urne, les bulletins de la honte,
Qui pensent que leur Lune, a fondue dans la fonte.

Mais que nous reste-t-il, de ton pays papy,
De celui qui se bat, de celui qui sourit,
De ton état de droit, et de ton libre arbitre,
Et de ta douce France, ou tu faisais le pitre.

Quelque soient tes combats, ils n’ont servi à rien,
On continue d’ tuer, pour défendre son pain,
Ou juste pour ces idées, qui ne sont pas les nôtres,
Mais celle de Jésus-Christ, ou d ses foutus apôtres.

Mais où est-il passe, le siècle de tes lumières,
Je ne vois devant moi, aucun chemin de croix,
Devant lesquelles prier, pour que tu sois fier,
De cette génération, qui ne se souvient pas

Que c’est l’arme a la main, que tu nous a permis
De nous lever chaque jour, pour faire nos conneries
Et malgré tout ton ciel, nous le rendons si gris,
En zappant ta mémoire, et pissant dans ton lit.

Pepe nous bafouons, ton si joyeux visage,
Quand nous avons pris vie, avec pourtant l’espoir,
De rendre ton étang, si clair pour que tu nage,
Finalement nous coulons, dans tant de désespoir.

Impossible de se battre, avec tant de mensonges,
La résistance est morte, au milieu de l’alpage,
Mon hélico n’ vois rien, avec tant de nuages,
Son hélice tourne juste, le manège de mes songes,
Ou tous nos enfants sont, comme c’était hier,
A faire la guerre avec, leur épée de carton,
A nous prouver que tu, peut rester si fier,
Continuer à bâtir, notre si belle Terre.

Aujourd’hui pépé, pour toi mes cendres s’envolent,
Avec tous mes frères, et notre humanité,
Pour laisser voir les fleurs, de notre liberté,
Recouvrir notre Terre, et embellir le sol.

Quel que soit mon passage, même s il est inutile,
Quels que soient mes coups de gueules, quelles que soient mes bêtises,
Quelle que soit mon image, quelle que soit ma hantise,
Grace à toi je souri, même si c’est difficile.

Alors pépé accepte, s’il te plait nos pardons,
Même si ils ne servent, qu’à nous voiler la face,
Loin de tes idéaux, en ne laissant la place,
Qu’a cette France de merde, a ce peuple de con.

Un jour je serai, moi aussi un grand-père,
Et je devrais aussi, essayer de tout faire,
Pour ne pas avoir peur, de vieillir, de mourir,
Et puis pour continuer, a me tenir debout,

Je saurai au fond de moi, exactement quoi faire,
Regarder devant moi, assurer leurs arrières,
A mes petits-enfants, sans oublier d’ leur dire,
Qu’un jour il y a longtemps, tu te tenais debout.

Je n’aurai aucun mal, à savoir comment,
Comment aimer les miens, comment ouvrir mes mains,
Car je me souviendrai, alors vraiment longtemps,
Comme était ce pépé, lui qui étais le mien.

L’Ivresse

Ça y est c est décidé, j’ai trouvé ma déesse
Elle n’a rien d’une beauté, elle s’appelle l’ivresse,
Je ne m’agenouille plus, devant votre Dieu d’école,
Mon Jésus ne boit pas de sang, il se noie dans l’alcool

Personne peut m interdire, de ne pas être une sainte
Personne peut m interdire, de vénérer l’absinthe,
Ni Joseph, ni Marie, ni même Balthazar,
Ne m’empêcheront, de m’étaler sur l comptoir,

Pourquoi faire semblant, en l’absence de conviction,
A rentrer dans les rangs, à rester un mouton,
A faire des enfants, avec votre éducation
Moi je suis résistant, je choisi la boisson

Des hommes restent sans rien faire, ils restent le cul parterre
D’autres se font la guerre, rêvent de carrière militaire
Pour monter dans les chars, afficher leurs médailles
Moi les comptoirs de bar, sont mes champ de bataille

A ma table y a Allah, Bouddha et Jésus-Christ
Mais ils ne se guerroient, qu’a grand coup de Pastis
Et si un p’tit malin, vient parler en leur nom
Il n’y aura pas de débat, ça se finira en baston

Quand j rentre dans une église, une mosquée un monastère
Je ne rentre pour qu’une chose, finir à l’ envers
Et quand je vois mon pote, cloue sur sa croix
Je lui lève mon verre, mais j’ai la gueule de bois

Allez venez mes frères, découvrir mon pèlerinage,
A prier pour la bière, la tête dans les nuage
Le bourbon, la vodka, sont mes uniques testaments
Vive la France allez trinquons, ça c’est mon commandement

Moi ma crèche a moi, ne comporte pas de signe
Mais elle est recouverte, d’un parterre de vignes
Qui poussent si vite, qu’elles cachent tous ces santons,
Inventes de toute pièce, pour faire de nous des pions

Moi mon Moise a moi, il est au PMU
Le soir il rentre au foyer, purger ce qu’il a bu
Il n’a jamais ouvert, aucun passage dans la mer
Mais il ouvre des bières, pour noyer sa misère

Dans son paradis, les anges n’ont pas d’ailes,
Ils se les sont brûlées, en se faisant la belle,
Ils se sont approches, un peu trop près du soleil,
Pour pouvoir le toucher, avec leur bouteille

Avec lui il y a Eve, mais aucune Genèse
Elle lui prend trente euros, à chaque fois qu’il la baise
Aucune bougie, ne brille sur son autel,
Mais celle de son camion, devant la chambre d’hôtel

Sur sa Scène pas de Marie, ni Jésus, ni Apôtre
Juste un tableau tout gris, ou il est seul avec sa honte
Qu’on oublie quand on le voit, cuver avec les autres
Et que l’on fait comme si, elle n’existe que dans les contes

Je n’ai aucune confiance, dans vos textes bibliques
Mais une confiance aveugle, envers mon alambic
Et surtout ne me parlez, jamais des politiques
Ou vous devrez assumer, mon coma éthylique

Quand on s lève le matin, pour prendre le métro
Pour aller faire le tapin, pour chercher du boulot
Alors quand il est l’heure, de rentrer au dodo
Il n y a qu une seule valeur, celle de l’apéro !

Messieurs vous m interdisez, de boire au volant
Et vous me faite souffler, dans votre ballon,
Tout ça vous le décidez, tout en nous volant
Alors je reste bourre, j vous prend pour des cons

Marchons ensemble, enfants de la patrie
Le jour de gloire est arrivé
Contre vous et votre tyrannie
Le Pinard semblant s’élever…
Le Pinard semblant s’élever…

Lalalala…lalalalala…

En tête à Tête

Au grès du temps, du sablier
Au grès de ma route parsemée
Je rentre enfin dans ce cimetière
Il est comme si c’était hier

Sauf qu’aujourd’hui nous n’sommes que deux
Et sauf qu’aujourd’hui il pleut
Enfin il y a moi et mon père
Ou plutôt l’urne funéraire
Avec dessus un vieux portrait
Qui me ressemble trait pour trait
Datant de quand il vivait
En noir et blanc ça fait plus vrai

Aucune fleur, elles ont fane
Personne ne vient les arroser
Ça donne même l’envie d’y pisser
Tellement c’est triste à en crever

Au-dessus il y a une p’tite croix
J’espère qu’il ne la voit pas
Aucun Jésus-Christ dans son monde
Il doit s’retourner dans sa tombe.

Bon ben voilà, en tête à tête
Ca fait des lustres, j’reste un peu bête
Ton répondant n’est plus en vogue
J’vais donc te faire un monologue

Mais dans ma tête, j’veux pas passer
Pour un idiot qui parle au marbre
Surtout qu’il y a le jardinier
Qui m’espionne derrière un arbre

Ne m’demande pas pourquoi j’suis la
Même moi je crois que j’en sais rien
Disons juste que j’passais par la
Et que je me suis juste dis « tiens… »

N’y vois pas un quelconque besoin
En plus je n’suis pas du matin
Et je n’vis pas dans l’souvenir
Je préfère m’occuper d’l’avenir

Je vais t’épargner le refrain
De demander si tout va bien
Mais a vrai dire j’sais pas quoi dire
J’ai même jamais su trop quoi t’dire

Alors j’vais essayer d’meubler
Ça passera l’temps du jardinier
Et puis j’peux dire n’importe quoi
Elle m’impressionne pas ta croix

Au fait hier j’ai vu ton père
Il est un peu diminue
Mais sinon il n’a pas changé
Il est juste un peu plus fier

De voir ses arrières-p’tits marmots
Même s’il oublie quelques prénoms
Même s’il ne trouve pas tous les mots
En bout de table il reste patron

Sinon j’vais pas te parler d’moi
Tu n’mérites pas cette prétention
Et t’as qu’à m’poser la question
Ah non c’est vrai tu ne peux pas…

Tes cendres ne sont même pas là
On les a jeté avec Clea
C’était un jour sur une jetée
C’était au loin sur les rochers

C’était beau a en chialer
C’était de la poussière d’étoile
Qui servait à nous envoler
Vers une vie bien méritée

Ok d’accord tu veux savoir
Ce que l’fiston a dans le bide
Et bien je vais te laisser voir
Un mélange d’amour et d’morbide

Par contre pour une fois j’vais me taire
M’agenouiller dans ce cimetière
Pour que tu sente mon cœur battre
Ou plutôt se battre et combattre

Sens le parfum de mes enfants
Qui circule dans mon sang
Qui me font exploser les veines
Et refleurir tes chrysanthèmes

Qui transforme tout ton cimetière
En le plus beau des sanctuaires
Ou il t’y fera bon rêver
Même s’il y a toujours l’jardinier

Attend j’ai envie de pisser
Je vais arroser quelques croix
Pour qu’un Dieu puisse se réveiller
Et me voir lui lever mon doigt

Je vais m’asseoir sur une tombe
Je vais me descendre quelques bières
Faire une sieste dans les catacombes
Et je trinquerai avec mon père

En souvenir de ces années
Ou il y avait de quoi rêver
De quoi rebaptiser le monde
Loin de penser à cette tombe

Tu entends cette musique ?
On dirait qu’elle vient d’en bas
Ou bien plutôt de l’au-delà
Elle a un air un peu biblique

Elle vient pour te rappeler
Qu’il est l’heure pour moi d’ rentrer
Et puis pour toi de retourner
Dans tes siècles d’éternité

Page 1 sur 212